PARTAGER

Deux ans après son annonce lors de la première conférence de presse PlayStation à Paris, en ouverture de la Paris Games Week, Gran Turismo Sport (ou GT Sport pour les intimes), est enfin disponible en exclusivité sur PS4. Au cours des derniers mois, Sony a mis en avant la compatibilité du jeu avec le PlayStation VR et c’est ce que nous testons aujourd’hui, le mode VR du jeu de Polyphony Digital.

Gran Turismo VR

Gran Turismo est une franchise incontournable de PlayStation et l’annonce d’une compatibilité avec le casque de réalité virtuelle a clairement été un signe fort sur la volonté d’amener des jeux à gros budgets sur le PlayStation VR. Les développeurs n’ont en revanche parlé que très rarement du contenu jouable en VR, tout en nous prévenant que l’intégralité du jeu ne serait pas compatible.

C’est donc avec un peu d’appréhension que nous avons lancé ce GT Sport, le PlayStation VR sur la tête. Première surprise, le jeu se lance normalement et ne fait pas la différence que le PSVR soit allumé ou éteint. Nous arrivons donc dans les menus du jeu en “mode cinéma”, cet affichage 2D compatible avec n’importe quel jeu PS4 qui donne l’impression de jouer sur un écran de cinéma à quelques mètres devant vous. Il faut donc aller fouiller dans les menus pour lancer la partie VR du jeu. Pas pratique du tout d’autant qu’en mode cinéma, les textes ne sont pas ce qu’il y a de plus lisibles et peuvent apparaître flous étant donné qu’ils se trouvent en périphérie de l’écran. En route pour le mode “Expériences VR” qui, de par son nom, ne nous rassure pas sur le contenu que nous aurons à disposition.

Expériences VR

Le jeu se lance alors enfin pleinement dans le casque de réalité virtuelle et nous propose de choisir parmi deux modes de jeu : Showroom ou Course Arcade. Vous l’aurez certainement deviné, le Showroom est un espace dans lequel vous pouvez approcher de très près les véhicules du jeu que vous avez débloqué (en mode non VR). En vous déplaçant avec l’aide des sticks de votre pad, vous pouvez ainsi faire le tour des carrosseries et regarder les détails intérieurs des 170 bolides. La seule interaction possible étant d’allumer les phares du véhicule avec la touche triangle. Une possibilité dont nous n’avons pas vraiment compris l’intérêt dans un mode qui n’en a pas beaucoup plus. Il n’est même pas possible d’ouvrir les portières ou de démarrer au moins le moteur, dommage.

Rabattons nous maintenant sur le mode Course qui est évidemment le seul que nous attendions. Au programme, des courses Arcade de 2 tours sur l’un des 28 tracés du jeu contre une seule voiture gérée par l’IA. Nous avons cherché mais il n’est absolument pas possible de rajouter au moins quelques concurrents ou même de choisir le niveau de difficulté de l’autre voiture. On se retrouve donc à courir contre une voiture qui a l’air bridée en puissance et que l’on dépasse au premier virage pour ne plus jamais la revoir avant la ligne d’arrivée. C’est vraiment dommage car rien que ces deux options auraient pu sauver cette fameuse compatibilité PlayStation VR.

D’autant qu’une fois au volant, en vue cockpit bien entendu, le travail des développeurs est plutôt bon, les intérieurs des différentes voitures sont détaillés, le plaisir de conduire en regardant les rétroviseurs est bien là et les bruits de moteurs sont plutôt bien réalisés. La qualité graphique en VR est en plus au rendez-vous (sur PS4 Pro en tout cas), bien loin devant DRIVECLUB VR, le premier jeu de course sorti sur PlayStation VR. Certains détails sont tout de même un peu gênants comme l’écran noir si vous vous reculez un peu trop et que vous passez à travers le corps du pilote ou si vous mettez votre tête par la fenêtre en essayant de vous voir dans le rétro, sans succès. Mais ce ne sont que des détails par rapport au maigre contenu VR proposé et à la campagne marketing qui le mettait en avant.

Gran Turismo™SPORT_20171020150329

Un bon jeu mis à part

Même si notre test et sa note concerne le mode VR de Gran Turismo Sport, attardons tout de même sur le contenu que propose le titre en dehors de ça, puisque bien entendu, vous y aurez accès. 170 voitures, 28 tracés, cela peut paraître beaucoup mais on est bien en deçà de ce que proposait Gran Turismo 6 et la concurrence sortie récemment sur PS4 et autres plateformes (Project CARS 2 & Forza Motorsport 7).

Côté jeu en solo, les habituels permis de Gran Turismo ont été remplacés par des épreuves de différents niveaux de difficulté dans lesquelles vous devez réaliser des objectifs en un temps imparti. A la clé, une nouvelle voiture débloquée par série d’épreuve réussie (au moins le bronze). Le challenge n’est pas vraiment au rendez-vous puisque obtenir au moins le bronze est assez accessible, même pour un joueur débutant. Elles ont au moins le mérite de se familiariser avec les commandes, les spécificités du pilotage : freinage, attaque de virage, virage en épingle ainsi que les difficultés des différents tracés. Le mode arcade propose des courses contre l’IA (comme en VR mais avec un choix de difficulté) ainsi que la possibilité de jouer à deux en écran splitté. Enfin, on retrouve également les habituelles modifications de carrosserie et jantes de vos voitures et un mode photo qui fait le job !

Tout cela n’a finalement qu’un seul but, amener le joueur vers le online, d’où le “Sport” du titre du jeu. Les développeurs ont clairement choisis cette orientation et proposent du contenu novateur ! Chaque jour, trois courses sont au programme et il est possible de vous entraîner pour réaliser le meilleur temps de qualification. Un temps qui vous placera ensuite sur la grille de départ pour la véritable course. Des championnats seront également bientôt disponibles et demanderont d’être présent à une heure précise pour y participer. Vous engrangerez des points et serez classé par saison.