Dévoilé en octobre 2017 seulement, le casque VR Oculus Go ne nous aura pas fait patienter bien longtemps puisqu’il est disponible à l’achat depuis quelques jours. Avec ce second casque estampillé Oculus (après le Rift), Facebook continue de développer sa présence dans le domaine de la réalité virtuelle en tâchant d’élargir de conquérir un nouveau public.

L’Oculus Go sur le papier

Si l’Oculus Rift est clairement destiné à un public, surtout de joueurs, ayant les moyens d’investir dans la réalité virtuelle en plus de posséder un PC puissant, la cible visée par l’Oculus Go est toute autre. Un public bien plus large et ne voulant pas investir des centaines d’euros pour une utilisation occasionnelle de la réalité virtuelle. L’annonce du Go a clairement indiqué la fin de sa collaboration avec Samsung et le Gear VR qui visait justement cette cible d’utilisateurs. Avec une qualité plus importante tout en se passant de l’obligation d’utiliser un smartphone comme écran, l’Oculus Go semble être le compromis idéal.

Certainement l’un des points les plus important en VR, avec une résolution de 2540 x 1440 pixels pour son écran LCD, l’Oculus Go fait mieux que l’écran OLED de l’Oculus Rift (2160 x 1200). Pour ce qui est des autres spécificités techniques, les voici :

  • Dimensions : 190mm x 105mm x 115mm
  • Poids : 468g
  • Ecran LCD : 538 ppi, 5,5″ 2560 x 1440 WQHD
  • Taux de rafraîchissement : 60Hz ou 72Hz, dépendant de l’application et du choix des développeurs
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon 821
  • Tracking : 3 degrés de liberté

Pour le prix, l’Oculus Go est vendu dans une version 32Go à 219€ et une version 64Go à 269€.

Unboxing

L’Oculus Go est proposé dans un emballage sobre sur lequel figure toutes les informations importantes et la petite mention « from facebook ». On y découvre le casque et ses protections plastiques, le contrôleur de mouvement ainsi qu’une petite boite noire dans laquelle figurent les autres accessoires. Voici tout le contenu du pack :

  • Casque Oculus Go
  • Contrôleur de mouvement, sa dragonne et une pile AA
  • Câble de rechargement USB (sans prise secteur)
  • Espacement pour les porteurs de lunettes
  • Chiffon microfibre

En ouvrant la boite et en découvrant le produit, la qualité de conception du casque saute aux yeux, bien aidée par le gris sobre qu’arborent le caque et sa manette. Le système de fixation élastique semble solide et réglable à souhait. Très important dans l’utilisation d’un casque VR, la matière « mesh » en contact avec le visage confirmera aussi la bonne impression et se révélera très confortable à l’utilisation.

Point de batterie en ce qui concerne la manette à détection de mouvement malheureusement, il faudra se contenter d’une pile. Autre bizarrerie, le câble de rechargement USB du casque ne comporte par d’adaptateur secteur et il faudra donc le brancher à un port USB pour le recharger ou emprunter l’adaptateur de votre smartphone par exemple pour le recharger sur une prise. Des choix faits certainement pour pouvoir proposer un prix le plus accessible possible, ce qui n’est au final, pas fait pour nous déplaire. Malgré la présence d’un port audio jack, Oculus n’a pas non plus choisi d’inclure d’écouteurs pour la simple raison que l’Oculus Go dispose de hauts parleurs intégrés avec spatialisation du son et que l’utilisation d’un casque audio ou d’écouteurs est donc optionnelle.

Let’s GO

Nous définissons généralement les casques VR autonomes en indiquant qu’ils n’ont pas besoin de PC ni smartphone pour fonctionner mais ce n’est pas tout à fait vrai. Une fois l’Oculus Go rechargé par USB, il est nécessaire de télécharger l’application Oculus sur votre smartphone pour configurer votre casque et lui indiquer à quel réseau wifi se connecter. L’application détectera et se connectera au casque grâce au Bluetooth. Elle est très pratique et simple à utiliser mais nous aurions pu nous en passer. Après le premier lancement, vous n’aurez plus besoin d’elle mis à part pour changer le réseau wifi connecté à votre casque . Depuis celle-ci, vous pourrez également relier votre compte Oculus à votre compte Facebook et lancer le téléchargement de vos premières applications sur votre casque.

La configuration se fait très facilement et rapidement via des images explicatives sur l’application mobile. Quelques minutes plus tard, vous voilà dans le monde VR et dans le décor Oculus Home que vous aurait choisi.

La VR sublimée

Posé devant vos yeux, l’écran de l’Oculus Go et sa résolution de 2560 x 1440 pixels font clairement le boulot et nous notons une réelle amélioration visuelle par rapport aux casques de réalité virtuelle déjà sur le marché, y compris le Rift ou le Vive. Le confort et la légèreté du casque se confirment après de nombreuses minutes d’utilisation. Pour une fois, les porteurs de lunettes n’ont pas été oubliés puisque Oculus a rajouter un petit accessoire permettant d’éloigner le visage des lentilles et pouvoir utiliser le Go avec des montures sur le nez.

En ce qui concerne le contrôleur, il remplit parfaitement son rôle et la détection de mouvement est bluffante de part sa fiabilité et sa précision. Evidemment, on est loin des contrôleurs des casques haut de gamme mais celui-ci s’apparente surtout à la souris d’un PC permettant de cliquer, faire glisser les menus et re-centrer le tracking.

Côté performances, nous n’avons pas eu à subir de gros ralentissement d’images ni de latence lors de nos différents tests. Même si chacun est différent face au mal de la VR, nous n’avons pas non plus subit de gène particulière. Le contenu de « plus de 1000 jeux et applications » est en effet au rendez-vous et nous retrouvons comme cela été prévu, tout le catalogue du Samsung Gear VR. Netflix se regarde de manière très confortable et la dernière expérience Jurassic World du studio Felix & Paul est particulièrement bluffante. De son côté, Disney  VR propose l’expérience Coco VR ainsi que du contenu Star Wars. Les héros Marvel devraient également la rejoindre prochainement. Plusieurs autres applications offrent du contenu multimédia dans de nombreux domaines comme le sport ou la science.

En ce qui concerne les jeux, on retrouve également les titres du Gear VR ainsi que quelques nouveautés comme Republique VR que nous n’avons pas eu l’occasion de tester malheureusement. L’Oculus Go n’a de toute façon pas été conçu pour offrir des performances gaming exceptionnelles, un credo réservé au Rift et au PC associé. Des jeux sympas comme Endspace ou Anshar Online valent quand même le détour mais la plupart ne dépassent pas le statut d’expérience VR. Facebook oblige, l’Oculus Go est également doté de plusieurs réseaux sociaux comme Oculus Rooms ou Altspace pour ceux qui souhaiteraient échanger en VR au travers d’avatars.

Verdict : 8/10

Avec l’Oculus Go, la réalité virtuelle s’est trouvé un véritable point d’entrée de qualité. Grâce à un prix plutôt accessible à tous par rapport à ce qu’il se faisait jusqu’ici, ce casque de réalité virtuelle offre en plus une très bonne qualité visuelle et un confort remarquable. S’il n’est pas totalement autonome de par l’utilisation d’un smartphone pour la configuration, le Go est en revanche utilisable partout et transportable facilement. Malgré un contenu très important, le casque ne permet pas de franchir totalement le statut d’expériences VR à cause d’une puissance tout de même limitée.