PARTAGER

Bethesda saute à pieds joints dans la réalité virtuelle cette année avec la sortie cette semaine de DOOM VFR sur PlayStation VR et HTC Vive, une semaine seulement après avoir lâché le très bon Skyrim VR pour le casque VR de la PS4. Après un épisode réussi en 2016, c’est un nouveau jeu DOOM spécialement réalisé pour la VR qui se présente à nous, et une fois de plus, il ne fera pas dans la dentelle.

Test réalisé sur PS4 Pro et PSVR. Images non issues directement du jeu.

Scénario optionnel

DOOM VFR vous plonge dès le début de l’aventure dans le corps d’un homme dont ne vous savez rien au sein de la base martienne de recherche de l’UAC. Dans un ascenseur, vous avez à peine le temps de regarder vos mains et de vous retourner que la situation dégénère et précipite votre mort… Oui, votre mort est l’introduction de ce nouvel épisode mais vous allez vite comprendre pourquoi. En tant que dernier survivant, ou dernier à mourir plutôt, vous vous réveillez alors qu’un robot est en train de transférer votre conscience dans un droïde pour sauver ce qui peut encore l’être sur cette base spatiale envahie de démons.

A partir de là, vous aurez diverses missions pour tenter de rétablir l’ordre dans toute la station à base de réparations d’équipements et surtout d’affrontements contre des hordes d’ennemis plus moches et démoniaques les uns que les autres. Clairement, le scénario de DOOM VFR ne présente pas beaucoup d’intérêt et les diverses missions vous feront surtout faire des allers-retours entre la zone sécurisée des opérations et divers endroits de la base, principalement pour aller y dénicher des objets ou récupérer des données. Un prétexte pour vous faire affronter des démons jusqu’à une zone fermée où des vagues de démons apparaîtront avec parfois même, un “boss” à vaincre. Par rapport à l’épisode “classique” sorti en 2016, on retrouve les mêmes lieux, les mêmes ennemis et le même arsenal mis à votre disposition.

Un arsenal très complet à coup de fusil à pompe, lance grenades, lance-roquettes, fusil à plasma et autres gros calibres plutôt efficaces. Des armes pouvant être améliorées en proposant un tir secondaire au cours de votre progression en dénichant des caisses prévues pour cela. La principale différence de DOOM VFR avec le mode solo de DOOM est surtout sa durée de vie, de plus ou moins 4 heures selon la difficulté choisie. 3 niveaux sont ainsi proposés plus 2 supplémentaires une fois l’aventure complétée une première fois. Niveau re-jouabilité, des défis dans chaque niveau pourront vous pousser à refaire le jeu à base de kills avec une certaine arme par exemple.

Bouge ton corps, démon

Dans notre test de Skyrim VR, nous avions plutôt bien apprécié le système de déplacement proposé par Bethesda avec les PlayStation Move et nous avons donc choisi de commencer ce DOOM VFR avec les mêmes contrôleurs, dont le fonctionnement est en revanche différent. Comme d’habitude, un gros temps d’adaptation est nécessaire afin d’appréhender les différentes touches mais le tout devient ensuite plutôt naturel. Les déplacements vers l’avant se faisant à coup de téléportation et la touche triangle permettant de vous retourner d’un seul coup à 180°. La combinaison de ces deux actions s’avère très efficace passé une bonne heure de jeu comme en témoigne notre vidéo de gameplay ci-dessous. En revanche, ce choix de contrôle est moins pratique qu’un déplacement au joystick et vous fera parfois galérer pour vous rendre à un endroit précis avec la bonne orientation de votre corps. Lorsque l’action devient très intense autour de vous, vous serez également un peu obligés de vous téléporter au loin et de vous retourner pour faire feu.

Seconde option, l’éternelle DualShock 4 qui permet d’utiliser les deux sticks comme un jeu lambda et vous laisse le choix de rotation par à-coups tout en vous laissant la possibilité de vous téléporter à tout moment. Cette fonction permettant de “finir” un ennemi étourdit et de récupérer un max de santé, peu importe le contrôleur choisi. Enfin, et c’est plutôt une surprise de dernière minute, DOOM VFR est également compatible avec le fusil de visée Aim Controller avec un fonctionnement similaire à celui du pad avec la visée en plus. Votre tête servant à viser pour l’arme de la main gauche (grenade). Attention par contre au motion sickness dans ces deux derniers cas si vous utilisez les rotations fluides et non par à-coups pour les plus sensibles. Pour notre part, nous devions faire des pauses régulières avec ce type d’option choisie. Les différents contrôleurs et options permettront donc à chaque joueur de trouver sa configuration de jeu préférée sans toutefois que l’on ai une option parfaite. Sur HTC Vive par contre, l’ergonomie des contrôleurs et le tracking à 360° permettent une totale immersion et un plaisir de jeu à son maximum. La locomotion fluide n’est par contre pas disponible pour le moment pour le casque PC.

Pas parfait mais immersif

Les habitués de la série DOOM retrouveront leurs repères avec ce jeu en réalité virtuelle qui reprend le credo d’une action survitaminée et explosive, le tout avec une bande son au niveau. Les graphismes sont plutôt bons pour un jeu PSVR et nous n’avons pas constaté de ralentissements même lors de l’arrivée de dizaines de démons autour de nous. Quelques bugs en revanche nous ont obligé à redémarrer le jeu ou à persévérer pour pouvoir interagir avec un élément qui ne voulait pas. Des points qui devraient certainement être corrigés au fil des patchs.

Verdict : 7/10