PARTAGER

Considéré comme le meilleur épisode de la série et tout simplement l’un des meilleur RPG, The Elder Scrolls V: Skyrim revient une nouvelle fois en 2017 pour une version Nintendo Switch mais surtout une version entièrement jouable ne réalité virtuelle. Une exclusivité PlayStation VR comprenant l’intégralité du jeu de base mais aussi les trois extensions (Dawnguard, Heartfire et Dragonborn) de cet opus sorti pour la première fois en 2011 puis en 2016 dans une version remastérisée.

Bordeciel VR

Bethesda n’en finit plus de ressortir Skyrim de ses placards afin de conquérir les derniers amateurs de jeu vidéo n’ayant pas encore parcouru les montagnes de Bordeciel ou proposer aux fans de recommencer l’aventure. En l’occurrence, les développeurs ont cette fois-ci réalisé bien plus qu’un simple portage puisque l’intégralité du jeu acclamé par la critique lors de sa sortie est maintenant jouable avec le PlayStation VR. Une exclusivité importante pour le casque VR de Sony qui a certainement mis la main au porte-monnaie pour s’assurer de ce privilège. Sur le papier, pouvoir jouer à un tel RPG en réalité virtuelle est à la fois très excitant mais pose tout de même de nombreuses questions sur le fait que le casque de Sony et ses contrôleurs sont adaptés pour en profiter pleinement.

Effectivement, ce n’est un secret pour personne, les contrôleurs PlayStation Move sont loin d’être les meilleurs comparé à ceux de l’Oculus Rift ou du HTC Vive. On peut d’ailleurs voir sur notre vidéo un peu plus haut que l’un de nos PS Move avait du mal à être repéré par la PlayStation Camera malgré une pièce plongée dans le noir. Un simple reboot a finalement réglé le soucis qui venait apparemment du matériel et non du jeu. L’utilisation des PS Move pour jouer à ce Skyrim VR a pour nous été un choix logique pour pouvoir profiter pleinement de l’immersion et des interactions avec l’univers Skyrim. Car il faut savoir que les développeurs ont tout de même laisser le choix de jouer avec la Dualshock 4.

Nouvelle façon de jouer

Nous voilà donc lancés dans l’aventure Skyrim avec nos PlayStation Move après avoir très rapidement pris connaissances des contrôles. Le début du jeu vous indique comment vous déplacer via l’option par défaut “téléportation”, un principe bien connu en VR. Cela se fait grâce à la touche MOVE de votre contrôleur gauche. Vous pointez alors vers l’endroit où vous souhaitez vous déplacer et le déplacement se fait lorsque vous relachez. Les touches rond et croix du contrôleur droit permettant quant à elles de vous faire pivoter vers la droite ou la gauche. Si cela peut paraître un peu barbare à la lecture, ce système est très vite assimilé et devient intuitif à tel point que nous sommes restés tout au long de l’aventure sur cette configuration pour les déplacements. D’autant que ce système de déplacement ne provoque absolument aucune sensation de mal-être ! L’autre option, “mouvement direct”, fait avancer votre personnage de façon normale en maintenant la touche avec une direction donnée par l’orientation de la main gauche. Un système plus fluide et pratique lors des combats mais qui est susceptible de gêner les plus sensibles au mal de la VR.

Pour le reste des contrôles, il sera assez difficile de les retenir durant les toutes premières heures de jeu compte tenu de leur grand nombre et du fait de la disposition différente des touches du PS Move par rapport à la Dualshock 4. Qui dit RPG, implique de devoir passer du temps dans les menus et sur la carte du monde, un aspect pour lequel nous étions curieux de voir ce que les développeurs avaient prévus pour les joueurs PS Move. Ceux-ci ne disposant pas de stick, la tâche s’avérait ardue. Les développeurs ont donc intégré un système de menus à tiroirs dans lesquels vous choisissez d’aller en faisant glisser votre main vers la droite ou la gauche. Les différentes options ou les différents objets pouvant ensuite être choisis en faisant défiler de bas en haut. Si Skyrim VR accompagne plutôt bien le joueur dans la prise en main du jeu, nous avons par contre eu un peu de mal à trouver ce système de navigation dans les menus, notamment pour la configuration de notre personnage, où le principe n’était pas expliqué. Là encore, après un temps d’adaptation, la navigation se fera de façon de plus en plus intuitive même si la précision des défilements ne vaut clairement pas de bon vieux sticks de Dualshock.

C’est en revanche un énorme plaisir de pouvoir utiliser ses deux mains pour l’utilisation de l’arc par exemple puisqu’il vous faudra faire le geste pour bander la corde et viser votre cible. Vous pourrez évidemment aussi choisir d’équiper votre main droite d’une épée et celle de gauche d’un sort ou d’un bouclier pour les combats rapprochés contre vos ennemis et autres prédateurs de Bordeciel. Les contrôles de jeu sont également adaptés pour vous permettre de nager. La difficulté a en tout cas était largement revue à la baisse par rapport au jeu de base afin de ne pas trop compliquer la tâche des joueurs devant déjà réfléchir pour les déplacements.

Monde séduisant

Si Skyrim est une référence dans le domaine des RPG, ce n’est pas pour rien. Une narration exemplaire, un monde riche rempli de personnages, créatures et autres lieux mystérieux, des compétences à faire évoluer, des centaines d’armes et de sorts, des interactions et des quêtes à n’en plus finir… Tout celà est bien évidemment toujours présent dans ce Skyrim VR et il serait trop long de lister toutes les possibilités qu’offre le jeu, mainte fois présenté ces dernières années.

Evidemment, après avoir bénéficié d’un bond graphique lors de son remake PS4/Xbox One/PC l’année dernière, nous savions que cet épisode en réalité virtuelle serait un bond en arrière par rapport à la version de 2011. La faute évidemment aux pixels du PlayStation VR situés à 2cm de vos yeux et qui ne permettent évidemment pas de discerner tous les détails du monde de Bordeciel comme on aimerait. Mais peu importe, cela était attendu et l’immersion qu’apporte la VR à ce RPG mythique surpasse le point faible des graphismes.