Moins de 6 mois après son annonce, Star Wars: Squadrons vient déjà d’être lancé sur le marché par Electronic Arts. S’il est loin d’être le premier jeu Star Wars à être entièrement jouable en réalité virtuelle, cet épisode a la particularité de se concentrer exclusivement sur les combats spatiaux. Pilotes rebelles et impériaux, mettez vos casques et allons défier les étoiles !

Star Wars: Squadrons est disponible au prix de 34,99€ sur PS4 ainsi que sur PC VR et Xbox One (sans VR).

Star Wars: Episode 6.5

Star Wars: Squadrons propose un scénario inédit qui vient s’intercaler au milieu de la saga cinématographique. Vous êtes plongés dans une histoire qui se déroule après les événements de l’épisode VI, Star Wars: Le Retour du Jedi. Les troupes de l’Empire font alors face aux rebelles de la Nouvelle République. Vous découvrez un même scénario avec les deux points de vue puisque tout au long des 16 missions que composent le mode histoire, vous alternerez entre les deux ennemis. Dans chaque camp, vous incarnerez en effet un jeune pilote faisant ses débuts avec des escadrons de prestige, Vanguard du côté de l’Empire et Titan côté rebelle. Dans cette narration, la Nouvelle République tente de mener à bien son ambitieux projet Starhawk tandis que l’Empire fera tout pour l’en empêcher.

S’il n’est pas obligatoire d’être au fait de l’histoire Star Wars pour profiter du jeu, les références aux événements passés sont tout de même nombreuses et les fans seront donc comme des poissons dans l’eau. Le déroulement de ce mode histoire durant à peu près 10 heures est assez linéaire puisque vous enchainerez cinématique, briefing puis mission avant retour au bercail. Les cinématiques sont très bien réalisées et vous les visualisez en format « cinéma » en VR (un grand écran incurvé à un mètre devant vous). Lorsque vous êtes sur le vaisseau entre 2 missions, les développeurs se sont en revanche limités au strict minimum. Vous pouvez uniquement vous rendre dans le hangar à vaisseaux et sur le pont pour assister au briefing de la mission suivante. Il vous est possible d’interagir avec d’autres membres de votre escadron mais les discussions sont la plupart du temps assez soporifiques. L’intérêt du jeu n’est évidemment absolument pas là.

Vers l’infini et au delà

Difficile de garder plus longtemps pour nous les impressions ressenties lorsque vous êtes jeté dans le cockpit de votre premier chasseur spatial, casque VR sur la tête bien entendu. Comme le montre la vidéo des premières minutes du jeu ci-dessus, vous commencez le premier prologue à bord d’un chasseur TIE avant de prendre les commandes d’un X-Wing. Les sensations en réalité virtuelle sont tout simplement folles. Pour le TIE par exemple, vous ressentez immédiatement la promiscuité de l’engin. Malgré de larges vitres, votre vision est tout de même gênée par l’imposant équipement de navigation qui indique de nombreuses choses dont vos munitions, la résistance de votre coque ou encore la répartition de l’énergie du vaisseau vers le moteur, l’armement ou les boucliers. La réalité virtuelle est un véritable plus qui donne une autre dimension à ce Star Wars: Squadrons. Sans casque et sur un téléviseur, les sensations ne sont absolument pas les mêmes et on ressent que le jeu a d’abord été développé pour être joué en VR.

Le design intérieur est en tout cas parfaitement fidèle à ce qu’on peut s’imaginer en voyant ces chasseurs arpenter l’espace depuis les premiers films de la saga. Les 8 vaisseaux sont au nombre de huit : X-Wing, A-Wing, U-Wing, Y-Wing, Chasseur TIE, Intercepteur TIE, Faucheur TIE, Bombardier TIE. Ils disposent bien évidemment tous de leur propre cockpit et de leurs atouts/points faibles.

Ils sont répartis en 4 classes distinctes de par leurs spécificités : les chasseurs rapides, les intercepteurs, les bombardiers lourdement armés… Les missions scénarisées ne vous laissent pas le choix du vaisseau puisque vous aurez besoin d’une qualité précise pour chaque mission. Vous avez en revanche la possibilité de personnaliser leur équipement: l’arme principale, secondaire… Suivant votre style de jeu, ce mode histoire sera en revanche un bon moyen d’appréhender tous les vaisseaux et de choisir lequel vous pourrez ensuite utiliser pour les combats en ligne.

Plein Gaz

Les deux prologues du mode histoire servent évidemment à vous familiariser avec les commandes des appareils. Ceux qui ont l’habitude de jouer aux aviateurs de l’air ou de l’espace sauront vite prendre en main les commandes des appareils ici présents. Plusieurs options prédéfinies peuvent ainsi être choisies ou modifiées dans les paramètres selon vos préférences. Les joueurs qui n’ont en revanche pas l’habitude, mettront certainement quelques heures à s’y retrouver dans la gestion des gazs, du roulis…

Même si nous n’avons pas eu l’occasion de tester par nous même, l’utilisation d’un joystick HOTAS compatible (sur PS4 ou PC) est évidemment la meilleure des solutions ! En plus de faciliter la prise en main des contrôles, l’immersion semble être tout simplement dingue d’après les retours que nous en avons. De quoi passez des heures dans les différents cockpits. Pour ceux qui se poseraient la question d’ailleurs, absolument aucun mal de la VR n’a été ressenti malgré des loopings, vrilles et autres changement de direction brutaux. Le fait que l’œil voit des éléments fixes (intérieur du cockpit) permet de ne pas avoir ce genre de problèmes.

Pour ce qui est de la version PlayStation VR, nous n’avons eu aucun problème de tracking étant donné la position assise face à la TV qui est totalement bien gérée par le casque de la PS4. Il faut régulièrement recalibrer la caméra en maintenant la touche option car nous avons tendance à être un peu trop pris au jeu et à s’affaler ou au contraire se raidir au bord de notre fauteuil mais rien de bien méchant puisque ceci se fait très facilement et rapidement.

Batailles en ligne

Après avoir bien pris en main les différents vaisseaux grâce au mode histoire, nous étions prêt à affronter d’autres joueurs en ligne afin de voir si nous n’étions pas trop mauvais. Star Wars: Squadrons vous permet en effet de vous mesurer à d’autres joueurs dans des parties pouvant aller jusqu’à 5 contre 5. Il vous faudra passer par quelques entrainements contre l’IA avant d’obtenir votre droit d’accès au multi en ligne. Le premier des deux modes proposé est un simple combat aérien opposant 5 vaisseaux de l’Empire à 5 vaisseaux de la Nouvelle République avec un temps imparti pour venir à bout de l’autre équipe. Chacun des joueurs pouvant bien entendu sélectionner son appareil préféré avant de se lancer dans la bataille.

Le second et dernier mode de jeu en ligne se nomme « Bataille de flotte ». Il s’agit d’une bataille à 10 joueurs réels ou bots, se déroulant en plusieurs étapes avec des objectifs intermédiaires. Un mode qui nous a fait penser à celui présent dans le jeu Battlefield puisque vous devrez faire progresser la ligne de front en détruisant les chasseurs ennemis avant de vous attaquer à deux vaisseaux amiraux. Une fois ceux-ci détruits, il vous restera à venir à bout du plus gros des croiseurs. Sous réserve que l’équipe adverse n’inverse pas la tendance bien sûr.

Ce second mode, qui dispose d’un système de rangs, est plus palpitant puisqu’il implique de connaître les qualités de chaque vaisseaux et d’essayer de se coordonner avec vos alliés si vous décidez de jouer en équipe. Il est en effet également possible de jouer seul avec et contre des bots. Après quelques heures passées sur la demi-douzaine de maps online, nous restons tout de même un peu sur notre faim de ce côté-ci. Nous aurions en effet rêvé de batailles bien plus imposantes avec et contre plusieurs dizaines de joueurs ainsi que d’autres modes de jeu plus élaborés. Contrairement à d’autres jeux VR, nous n’avons eu aucun mal à trouver d’autres joueurs puisque joueurs consoles, PC, avec ou sans VR peuvent tous jouer ensemble.

Reste la motivation de jouer encore et encore afin de progresser dans le niveau d’expérience mis en place pour les combats en ligne. A la clef, des récompenses cosmétiques pour l’intérieur et l’extérieur de vos engins ainsi que de nouveaux équipements ! Vous pourrez donc configurer votre vaisseaux au plus près de votre style de jeu en axant sur la vitesse, la maniabilité ou encore la résistance aux tirs ennemis. A noter qu’Electronic Arts a appris de ses erreurs passées et ne propose aucun système de microtransactions pour débloquer des bonus avec de l’argent réel.

Verdict : 8,5/10

Star Wars: Squadrons est un jeu assez bon sans VR mais il devient excellent lorsqu’il est joué avec le PlayStaiton VR. Le niveau de détails des cockpits est impressionnant et l’immersion est tout simplement énorme. Une dose de fan service sans tombé dans l’extrême ravira en plus les fans de la saga Star Wars. Si la durée de vie du mode est histoire est correcte, nous aurions aimé un multijoueur plus ambitieux avec des dizaines de vaisseaux pilotés par d’autres joueurs ainsi qu’un nombre de modes plus important.

Laisser un commentaire