C’est aujourd’hui que sort le nouveau jeu VR du studio français InnerspaceVR à qui l’on devait déjà l’excellent A Fisherman’s Tale. Inutile de vous dire que nous attendions avec impatience ce Maskmaker qui sort sur PC VR et PlayStation VR aujourd’hui. Pour une fois, l’Oculus Quest n’est pas servi directement mais le jeu peut évidemment être joué via la fonction Oculus Link. Maskmaker est proposé à un peu plus de 15€ sur Steam

Test réalisé à partir d’une version PC VR sur Oculus Quest 2 via Link

Masques magiques

SI vous avez un petit peu suivi l’actualité de Maskmaker ou que vous n’êtes pas trop mauvais en anglais, vous savez donc que le jeu vous transporte dans la peau d’un apprenti artisan créateur de masque. Si cette vision ne vend pas vraiment du rêve sur le papier, vous allez vite découvrir que ces masques ont quelque chose de bien plus intéressant que de simplement vous masquer le visage.

L’histoire vous emmène tout d’abord dans une ruelle d’une petite ville où vous découvrez cette petite boutique de création de masques en bois artisanaux. Vous assistez alors à distance à une dispute entre le maître et son apprenti puis plus rien. La boutique semble alors soudain comme abandonnée. Pour élucider ce mystère, vous y entrez et devenez finalement vous même un apprenti, guidé par de mystérieuses voix. Vous allez alors très vite découvrir que les masques créés dans l’arrière boutique permettent d’accéder à un monde parallèle dirigé par un étrange roi et peuplé de pantins à incarner tour à tour. Une progression qui vous permettra peu à peu d’élucider l’histoire de cette boutique, du maître et de son apprenti. 30 masques seront ainsi à créer pour 6/7h de jeu.

Attention Spoiler, voici pour ceux qui le souhaiterez, la première du jeu de Maskmaker sur PC VR

Le jeu s’articule ensuite autour de la création de ces masques en bois. Pour pouvoir progresser dans les 8 zones du monde parallèle, il vous faudra à chaque fois créer un nouveau masque à partir de modèles que vous aurez vous même repéré. Forme, couleurs, accessoires, chaque détail est important pour réussir à reproduire exactement le modèle et progresser dans l’aventure. Vous devrez donc sans cesse faire des aller-retour entre ce monde parallèle et votre atelier avec un système aussi simple qu’ingénieux. Lorsque vous mettez un masque devant votre visage dans votre atelier, vous prenez en effet immédiatement le corps du pantin qui possède ce masque dans le monde parallèle. Vous recherchez alors des accessoires pour votre masque suivant ainsi que d’autres pantins à incarner. Une fois cela fait, il vous suffit alors de porter votre main au visage pour enlever votre masque et revenir à l’atelier instantanément.

Chose très intéressante également, il vous faudra parfois changer de zone pour trouver un ingrédient qui vous servira à avancer dans une autre. Aussi, de nombreux puzzles très variés vous seront proposés pour pouvoir progresser: des mécanismes à réparer, des codes à retrouver… Tout cela avec en fil rouge, cette histoire du maître et son apprenti qui vous tiendra en haleine grâce à des flash-back à chaque fois que vous terminerez une zone.

Des déplacements perfectibles

Maskmaker a de très nombreuses qualités mais également un défaut qui, même s’il sera possiblement corrigé par l’intermédiaire d’une mise à jour, nous a donné un peu de fil à retordre. Comme vous pouvez le voir au début de la vidéo intégrée un plus haut, le jeu propose de nombreuses options de personnalisation des déplacements en VR. Nous avons pour notre part choisi un combo pour lequel nous avons l’habitude: Des déplacements linéaires avec rotation par à-coups de sticks. Avancer par téléportation est également possible même en ayant choisi cette autre option. S’il est possible de régler l’angle de rotation à chaque à-coup, la valeur minimale de 45° nous a posé problème. Très régulièrement, nous nous retrouvons un peu perdu dans l’espace comme si le personnage avait tourné du côté opposé ou carrément de 90° en une seule fois. Un détail assez handicapant pour un jeu VR d’exploration avec de très nombreux déplacements mais nous avons bon espoir que cela sera vite corrigé.

Autre détail qui en ravira certainement plus d’un, InnerspaceVR étant un studio en partie français, le jeu est intégralement disponible dans notre langue : menus, audio de qualité et sous-titres. Très agréable donc de ne pas être obligé d’activer des sous-titres prenant une grosse partie du champ de vision.

Verdict : 8/10

Si le scénario n’avait pas spécialement retenu notre attention, nous sommes ravis de nous être tout de même lancé dans l’aventure de Maskmaker. Un jeu à l’histoire très prenante, un monde onirique avec des puzzles surmontables et très variés ainsi qu’un système de masque très original. Petit moins bien en ce qui concerne les déplacements évoqués précédemment mais qui sera sans nul doute corrigé par les développeurs. Après A Fisherman’s Tale, InnerspaceVR montre une nouvelle fois son savoir-faire en réalité virtuelle !

NOTATION
TEST Maskmaker
8
PrécédentHTC Vive Air: Un casque VR pour le sport et fitness a fuité (démenti)
SuivantOculus Quest : Toutes les nouveautés de la mise à jour 28.0 (Air Link, 120Hz…) en cours

Laisser un commentaire